Magazine

12 pages
7 views

Madame Lexica, sociolinguiste d'occasion

of 12
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
Madame Lexica, sociolinguiste d'occasion
Transcript
   Madame Lexica, sociolinguiste d’occasion 1  ou Langage ordinaire et purisme dans des corpus de discours « érotique savant » sur Internet Par l’humour, nous introduisons le sexe dans les mots. Ils se touchent, se frottent, s’embrassent, se mêlent. Un rapport sensuel se crée entre des  phrases et des concepts qui, a priori , n’ont rien à voir. (artin Pa!e, " #a  $ouissance des mots %,  Magazine littéraire  &'', p. ')Police du sexe * c’est+à+dire non pas ri!ueur d’une prohibition mais nécessité de ré!ler le sexe par des discours utiles et publics (ichel oucault,  Histoire de la sexualité , tome -, p. /) #aurence 0osier U#12 #34I5675ophie 8everber!h #34I567 Introduction 9ous définissons le purisme comme une activité métalin!uistique, à forte tendance axiolo!ique et à dimension prescriptive voire prospective, qui rel:ve de la conduite de tout locuteur. #a prise en compte de ce discours puriste dans l’ensemble des réflexions et des études menées sur la lan!ue est, à notre avis, primordiale * en effet, on a eu tendance à opposer de fa;on schématique la lin!uistique d’une part, le purisme d’autre part, comme s’il s’a!issait de séparer le bon !rain de l’ivraie. 7r il < a un véritable intérêt théorique à reconsidérer le discours puriste comme une pratique socio+discursive qui superpose savoirs lin!uistiques, normes !rammaticales et $u!ements esthético+éthiques. #es normes de la lan!ue et les $u!ements sont présents dans toutes les manifestations lan!a!i:res puisque les locuteurs savent que leurs paroles évoluent dans un marché des biens lin!uistiques o= dominent les idées de clarté, de pureté et d’élé!ance. #es discours en circulation sur la >oile illustrent  parfaitement ce rapport normatif spontané des locuteurs au lan!a!e, qui s’exprime sous diverses formes selon les !enres de discours et les modes d’intervention des internautes (blo!ues, forums, sites?). 4ans cet article, nous avons retenu un petit corpus  particuli:rement remarquable du point de vue de la pré!nance du discours normatif ordinaire sur la lan!ue dans des domaines diversifiés * on s’intéressera ici à des blo!ues dédiés à ce que nous avons nommé un érotisme savant  . Il nous a, en effet, semblé intéressant d’étudier le rapport particulier aux mots de la sexualité dans certaines pratiques discursives o= la question de la norme lan!a!i:re est combinée à l’expression spécifique d’un discours sur la sexualité par des " profanes % en 1  Titre emprunté à un article publié en ligne sur le site Bangbang 1969 cité en bibliographie et commenté plus bas. avant. 1  mati:re lin!uistique. 7uvrons une parenth:se pour dire combien il est délicat de tracer des fronti:res claires entre profanes et experts à travers le média internet qui permet de $ouer avec l’identité discursive, l’ori!ine et la responsabilité des discours. 6’est la raison pour laquelle nous avons choisi le !enre du blo!ue qui assume en quelque sorte cette mise en sc:ne de soi  par des procédés relevant lar!ement de l’auto+fiction, en usant de différents mo<ens sémiolo!iques. #es internautes, anon<mes, solitaires ou re!roupés dans des associations, ont saisi le train en marche du vecteur médiolo!ique proposé par la >oile et ont développé une extraordinaire capacité à faire circuler et à rappeler constamment les normes de la lan!ue, qu’ils interviennent sur un forum culinaire ou politique ou, encore, sur des blo!ues érotiques. 6omme le rappelait 4ietmar 7sthus (@AA@) * " Bn fait il ne faut être ni lin!uiste ni 3cadémicien pour $u!er sur le bon usa!e et les normes. Il suffit de se brancher sur Internet %. -. Purisme, érotisme et lan!a!e cru#es valeurs sur lesquelles repose le discours puriste sont conservatrices et elles circulent abondamment dans le discours social. 7n < retrouve le discours de la déploration, th:me classique du versant nostal!ique du discours puriste, le stéréot<pe des mots vivants, l’attaque contre les $ar!ons et le lan!a!e spécialisé et la nécessaire tenue et mesure du lan!a!e.#a position puriste à l’é!ard de la lan!ue se caractérise par une forte pré!nance de valeurs esthétiques (la laideur ou la beauté des mots), politiques (le fran;ais est la lan!ue de la liberté), idéolo!iques (la clarté et la pureté). Blle s’exprime sous différentes métaphores (par exemple celle de la santé ou des maladies de la lan!ue). #e puriste évalue celui qui parle selon sa maCtrise de la lan!ue, sous l’an!le de la richesse lexicale et de la correction !rammaticale. Il cultive la nostal!ie par l’idéalisation de pratiques antérieures éri!ées en mod:les devenus inaccessibles. 6ependant, le discours puriste valorise aussi une transparence et une spontanéité lan!a!i:re qui lui font défendre ce qui pourrait apparaCtre comme des écarts par rapport aux convenances et aux bonnes mani:res lan!a!i:res * la crudité du lan!a!e, le !oDt pour l’ar!ot, la verdeur de l’expression et un attrait pour des pratiques lan!a!i:res taboues (insultes, !ros mots). 6ette " rudesse verbale % montre notamment, dans les discours étudiés, un usa!e des mots du sexe, qui est loin d’une quelconque euphémisation , ce procédé rhétorique étant d’ailleurs !énéralement pointé de fa;on né!ative par les puristes. #a liberté de lan!a!e s’accommode donc d’une autorisation à des pratiques discursives qui " enfrei!nent % la civilité. #’exemple qui suit de l’écrivain Paul #éautaud et qui porte précisément, outre la réflexion métalin!uistique !énérale, sur l’emploi d’un terme sexuel, illustre bien cette  préférence puriste pour le terme exact ( l’expression nette ), selon le principe qu’il < aurait un mot qui dési!nerait plus $ustement qu’un autre tel ou tel " ob$et % du monde ou telle ou telle  pratique du réel * " 5i $Eai une chose à dire, la périphrase mEa!ace, me paraCt ridicule, $e préf:re lEexpression nette. FEai à écrire  par exemple quEune femme sEest branlée. Ga+t+on exprimer cela par * elle se caressa intimement... ou * elle  promena un certain temps un de ses doi!ts... cEest puéril et ;a ne veut rien dire. #e verbe masturber H 6Eest  presque vouloir faire de lEeffet, et cEest ce quEil faut surtout éviter, lEeffet, quand on écrit des choses vives et réellement arrivées, et quEon ne veut surtout que raconter. 4onc, mettre * elle se branla cEest ce qui me paraCt le mieux. % (F# Gol. I, -- février -A).  5ur la >oile, les internautes du forum bien connu  Doctissimo  discutent des mots les plus appropriés pour dési!ner les sexes masculins et féminins * voici quelques extraits choisis o= l’on retrouve les attitudes spontanées t<piques du rapport à la lan!ue et particuli:rement au 2  lexique notamment sur la laideur ( bruant  ) ou l’inadéquation des termes utilisés (  zboub ), la création néolo!ique (  piner  ), le sens des mots et leur évolution sémantique @  *  J bite, chatte... cEest un bon début, $e pense. tr:s basique, mais ;a plante le décor. J a) Kboub... $e trouve ce mot bien i!noble...$e lEemploie $amais mais quEest ce que ;a me fait marrer  b) LboubHH $amais entendu mais $e trouve ca trés drMleN c) ahhh toi aussi... ;a sonne biKarre Kboub... L!ue! ;a fait dé$a plus sérieux, cEest plus présentable J moi $e dit Pine et Piner.... cEest pas charmant non plus... J a) #e pire $e pense cEest le bruantN si une nana me sort ;a au lit $e me l:ve, $e lui mets directement un coup de  pied au cul sans sommation et $e la fais dormir sur le paillasson b) le 1ruantHHHH mais cEest quoi ce motHHHH 6Eest une expression quEemplo<ait nos !rands parents sans doute 5i le purisme, dans ses si!nifications historiques et culturelles, s’est apparenté à une demande de chasteté de la lan!ue, il n’en demeure pas moins que la crudité est considérée comme étant au plus pr:s de la vérité du monde mis en mots. 7n peut donc avoir une défense d’un bon usa!e de la lan!ue, en né!ociation avec le contrMle social de discours qui ne rel:vent  pas totalement de la norme établie. 3insi " parler du sexe % peut se concevoir sur un mode  puriste, ce qu’à sa mani:re décrivait tr:s bien ichel oucault lorsqu’il s’interro!eait, au début de son  Histoire de la sexualité , sur la répression sociale de la sexualité et l’intense  production discursive paradoxale que suscite ce sexe réprimé * 5i le sexe est réprimé, c’est+à+dire voué à la prohibition, à l’inexistence et au mutisme, le seul fait d’en  parler, et de parler de sa répression, a comme une allure de trans!ression délibérée. Oui tient ce lan!a!e se met  $usqu’à un certain point hors pouvoir  il bouscule la loi  il anticipe, tant soit peu, la liberté future. 4e là cette solennité avec laquelle au$ourd’hui, on parle du sexe (p. ). #e discours sur la sexualité propa!é sur la >oile emprunte des " dispositifs discursifs qui sont divers mais qui sont tous, à leur mani:re, contrai!nants % (oucault, op. cit  ., p. &/). Il va croiser, et c’est le point suivant que nous aborderons, le discours normatif sur la lan!ue, et s’exprimer au travers de nouveaux !enres et sous+!enres, comme le " blo!ue érotique savant %. Bn quoi ce corpus favorise+t+il une pratique spécifique d’usa!e " spontané % du lexique H Prenons la question en amont * les blo!ues sont+ils des !enres et des vecteurs médiolo!iques plus particuli:rement propices à l’expression d’un rapport spécifique à la lan!ue et au lexique H Plus lar!ement encore, on sait que la communication médiée par ordinateur montre un double mouvement par rapport aux cadres sociaux normatifs * les  participants vont tantMt plus facilement les subvertir au profit de l’expression de leurs émotions, par exemple, alors que d’autres, au contraire, vont se contrMler davanta!e. #es états émotionnels seraient particuli:rement représentés dans des communications o= dominent le dévoilement de soi et des séquences d’émotion racontées (arcoccia @AA/), et favoriseraient une attitude réflexive. 7r si dans les forums, par exemple, les états émotionnels doivent être ré!ulés, les blo!ues, au contraire, peuvent plus facilement donner libre cours à une expressivité plus ou moins bridée. #es blo!ues érotiques vont donc présenter des états d’émotion sexuelle, en défiant le tabou lan!a!ier ou social. ais ce sont les blo!ues érotiques savants qui retiendront notre attention, parce que s’< $oue une curieuse dialectique entre la liberté de parole permise par la >oile et la volonté de mettre en place un contexte " ri!ide %, voire contrai!nant, propre par ailleurs à la sexualité même, dans les pratiques comme dans les discours. 6es blo!ues sont d’ailleurs proches de sites sur le même su$et, parce qu’ils accordent une lar!e place à la dimension esthétique et à la création littéraire à parta!er avec 2  L’orthographe des exemples issus de l’internet a été conservée. 3  les blo!ueurs ou consulteurs du site. 3insi,  La Vénus littéraire  propose un bondage  littéraire, o= plaisir, amour de la lan!ue et contrainte se re$oi!nent * " Bnfermer l’écriture dans un carcan de r:!les plus strictes qu’un bonda!e ri!oureux, li!oter la lan!ue $usqu’à ce qu’elle soit totalement libre, d’elle+même %.@. #es blo!ues * pratiques et rapport à la lan!ue#es blo!ueurs (et les forumeurs dans une moindre mesure) sont or!anisés en communauté. #’aspect conversationnel, interactif, inhérent à la >oile, se voit renforcé dans la 1lo!osph:re, précisément parce que les blo!ueurs d’une même communauté (ou d’un même " quartier %) se fréquentent quotidiennement et en arrivent à " se connaCtre %. Il ne s’a!it donc  plus de parler mais bien de  se parler  . 5ur un terrain d’entente (communément bQti), leur conversation s’ancre et même elle  s’incarne  R que les blo!ueurs ne se soient $amais  ph<siquement rencontrés ne contredit nullement cette vérité, au contraire * par la lan!ue (avec des spécificités propres à chaque communauté), ils tissent des affinités et renforcent le lien. #a lan!ue (fran;aise en l’occurrence) est donc plus qu’un outil de communication pour le  blo!ueur. 6onstituant le principal " point d’attache % entre l’un et l’autre membre d’une collectivité, c’est elle+même R la lan!ue, et la mani:re dont on en fera usa!e R qui définira les contours de la communauté  ainsi voit+on les blo!ueurs adolescents   $on!ler avec le lan!a!e sms pour s’identifier et se reconnaCtre, plutMt que par re$et ou méconnaissance des r:!les de !rammaire. Bn tant que lieu de rencontre essentiel ou si!ne de reconnaissance mutuelle, la lan!ue est l’ob$et de nombreux questionnements (explicités ou non) et de nombreux débats. 7n verra fréquemment, écrites par un lecteur en commentaire de l’un ou l’autre post (notes ou  billets), des remarques a<ant trait à la fa;on qu’un auteur a de dire telle ou telle chose R que ce soit pour noter un désaccord ou manifester son plaisir à la rencontre de la formulation en question. 4ans ce sens, les nouveaux supports technolo!iques ont été utilisés " pour se réapproprier la lan!ue % (4e$ond @AA@, p. -).1ien qu’il ne se constitue pas nécessairement en puriste, le blo!ueur aura souvent tendance à poser un re!ard critique sur la lan!ue de l’autre, mais vraisemblablement plus dans le but d’atteindre à une lan!ue commune qu’à la lan!ue correcte. 6e parta!e de lan!ue passe notamment par une attention portée aux mots, tout autant à leur $ustesse d’utilisation qu’à une réflexion portée sur les écarts d’emplois constatés. #es blo!ues classés comme " érotiques savants % vont particuli:rement exploiter cette veine normative mais en pointant l’adéquation du mot à l’expression d’une sensation ph<sique (le désir, le plaisir) qu’il est convenu de taire ou, à tout le moins, d’euphémiser dans la vie sociale et l’ensemble de ses convenances. ais tous les blo!ues érotiques ne rel:vent pas de cette t<pification. Bxaminons d’abord l’ensemble formé par ces blo!ues érotiques avant de nous focaliser sur les " savants % en raison de leur attention portée à la lan!ue.. #es blo!ues érotiques * de l’ima!e à la lan!ue#a communauté des blo!ueurs érotiques se divise en deux !randes familles distinctes * les " photo!raphes % et les " écrivains %. .-.#es blo!ues érotiques photo!raphiques6omme son nom l’indique, " le blo!ue érotique photo!raphique % donne la part belle à l’ima!e R l’auteur utilise le texte pour lé!ender une photo!raphie, le visiteur commentateur  pour donner bri:vement son avis. 6ette famille se subdivise elle+même en deux sous+ 3  1asés essentiellement sur la plateforme 5S<blo!. 4  caté!ories * les duos, !érés par un couple (homme+femme, homme+homme ou femme+femme) et les solos, !érés par une seule personne (homme ou femme). 7n peut distin!uer ces blo!ues  photo!raphiques selon la fa;on dont ils traitent l’ima!e R et < voir un purisme du point de vue de l’ima!e+mod:le en mati:re de photo!raphies érotiques, visa!e du mod:le cadré ou non, rendu flou ou non, utilisation de filtres (d’atténuation ou de saturation des couleurs, sépia ou noir et blanc?), prétention artistique manifeste ou non, ima!es  softs  ou hard  ?4u point de vue lexical, il est intéressant de noter que ces blo!ueurs, qui écrivent peu, usent d’une panoplie de " mots+clefs % tels que érotisme , couin ,  sex! , libertinage , artistiue ,  sensualité ,  "eux amoureux , dans l’intention d’affirmer (à tort ou à raison selon les cas?) que le contenu du blo!ue est bien érotique et non porno!raphique..@.#es blo!ues érotiques écrits 9ous appelons " blo!ues érotiques écrits % les blo!ues érotiques qui sont constitués par des écritures,  personnelles ou non (citations, extraits d’Tuvres littéraires, de dictionnaires?), sur lesquels la photo!raphie est peu présente ou est utilisée comme illustration du texte. 9ous pouvons classer ces blo!ueurs érotiques " écrivains % en deux familles principales * les diaristes et les littéraires. 6ette distinction repose+t+elle sur le rapport à la lan!ue qui s’< exprime H.@.-.#es diaristes#e " blo!ue érotique intime % (que nous appelons ainsi par rapprochement avec " $ournal intime %) présente le " récit, en prose, qu’une personne réelle fait de sa propre existence lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, et en particulier sur l’histoire de sa sexualité % & . #e titre du blo!ue " ne laisse aucun doute sur le fait que la premi:re personne renvoie au nom de l’auteur ou au pseudon<me de l’auteur % / . #a fonction premi:re est l’immédiateté de la rédaction par une personne  d’un " récit érotique % assimilé à une expérience éprouvée. 7n < trouve, comme dans toute production lan!a!i:re, des attitudes réflexives sur l’usa!e des mots * ainsi 1utinée met entre !uillemets le terme malaxation , qui est un mot qu’elle n’utilise pas dans le sens propre du dictionnaire ( malaxation  est défini comme l’action de malaxer l’ar!ile, le béton ou le beurre), mais dans un sens personnel et sexuel  . ais ces usa!es ne sont pas spécifiques à l’expression d’une intimité érotique, même si on sent une personnalisation par des termes emplo<és de fa;on non problématisée (1utinée use des termes émousser   et minou  sans les si!naler comme spécifiques à un idiolecte ou comme relevant d’un re!istre particulier) * " (?) 4ans lEobscurité de ma chambre, $e faisais bou!er mon bassin sur mes doi!ts * lentement, $uste pour sentir la caresse, $uste pour mEemousser. FEetais sur le point de mEendormir mais $e nEen avais pas envie 3lors $Eai fait le tour de quelques blo!s, lire les cochonneries des autres. Puis $Eai re!ardé quelques videos !lanées par ci par la. Puis $e suis retournée au lit* toutes ces ima!es dans ma tete ne mEont pas laissé de !lace* les <eux fermés $e me suis caréssée les seins* dEhabitude ce nEest pas la partie la plus sensible de mon corps mais la, ils pointaient et etaient reactif a mes "malaxations".  6a ne mEa pas suffit *$Eai quitté mon  bas de p<$ama et me suis occupée de mon minou* de caresses en caresses, $e me suis fait mon film (?) % ' . 1utinée, sa vie ses aventures (http*22butinee.blo!spot.com2) 4  Définition constituée à partir de la définition du genre autobiographique de Philippe Lejeune (  Le pacte autobiographique , nouvelle édition augmentée , Manchecourt, Le Seuil, 1996, p. 14). Rappelons que le journal intime diffère de l’autobiographie en ceci qu’il n’est pas un récit à caractère rétrospectif. 5  Lejeune Philippe,  Le pacte autobiographique , nouvelle édition augmentée , Manchecourt, Le Seuil, 1996, pp. 24-27. 6  aphrodite.wordpress.com 7  Note du 27/10/2007 sur le blogue de Butinée. (http://butinee.blogspot.com/2007/09/dans-les-draps.html) 5
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x