Presentations & Public Speaking

3 pages
14 views

Les mystères du lavage de cerveau

of 3
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
Les mystères du lavage de cerveau
Transcript
  tr Méthodes ectaires Les mystères u lavagede cerveau Du < avage e cerveau à ( I'emprise entale , enpassant ar a < manipulation> u méme nom, oncaractérise ouvent es sectes ) par eurs méthodesde recrutement t d'endoctrinement upposées. Qu'en est-il exactement ? Massimo ntrovisne ée aux États-Unis, a théoriedu avage e cerveau a connudeux grandes hases, 'expres-sion elle-mème yant té reeeen tgso par le journaliste tagent e a CIA Edward Hunter rgoz-rgZ8).Tout d'abord,la héorie u avage e cerveaua été utilisée omme une orme de critique ducommunisme. lle isait a mise en euvre decette déologie ur des citoyens es pays dubloc soviétique insi qu'en Chine t en Coréedu Nord; mais aussi 'influence upposée ucommunisme ur les prisonniers ivils etmilitaires occidentaux ans ces deux pays.Les chercheurs méricains dgar Schein tRobert Lifton interrogèrent n effet ongue-ment d'anciens risonniers ccidentaux, uiy avaient té oumis des ratiques 'endoctri-nement. e ait, rès peu d'entre ux avaient té88vraiment convertis) u communisme. etterecherche enée ar es scientifiques méri-cains ne démontra as seulement 'inefficacitérelative de ces pratiques de u eéducation marxiste-léniniste tlou maoiste. ìle etablitaussi ue celles-ci evenaient our 'essentiela de sévères auvais raitements hysiques tà de a orture, ssociés de 'endoctrinementintensif durant lusieurs nnées, ouvent lu-sieurs ours d'affilée, 4h sur 24) aux vertusde a révolution t aux défauts u capitalismeoccidental. ucune e ces méthodes 'incluaitI'hypnose u des ormes pécialisées e condi-tionnement sychologique.OPÉRATION DÉPROGRAM MATIoNDans ne deuxième hase, es sychologueset psychiatres méricains roclamèrent ueles eligions, ans ertains as, ndoctrinaient20 clés our comprendre Hors-série '22  leurs fidèles de a méme faqon que es commu-nistes. Les echniques de ces derniers étant,cette ois, assimilées à I'hypnose t déclarées. très efficaces inon quasiment ( magiques >.Dans la ligne du psychiatre anglais WilliamSargant r go7-r ggg), l s'agissait 'abord d,undiscours assez ntireligieux ui visait certainsaspects des principales eligions, orammentmonothéistes. Mais par a suite,la psychologueaméricaine Margaret Singer l9zt_zoo3) ro_posa une distinction entre es < eligions D, ux_quelles on adhère plus ou moins librement. etles sectesu, arelle définies omme des <pro_grammes coordonnés d,influence coercitíveet de controle comportemental>. Autrementdit comme des structures manipulant leursadeptes en pratiquant le lavage de cerveau...Ce qui rendait justement nécessaire un< contre-lavage de cerveau D appele ,, dépro_grammation>>. ans cette ogique, des mem_bres de sectes urent alors soumis _ de faqonnon volontaire, après avoir été kidnappés _ àce ype de pratiques par des n professionnels >travaillant pour leurs parents. Margaret Singers'investit d'ailleurs notamment dans I'Ameri_can Family Foundation,l'une es plusgrandesassociations antisectes D, réée en 197g. LA PSYCHANALYSE 'EN TTIÈTEAvec eaucoup e succès, a heorie e Singerfut exportée n Europe, otamment n France. dans un contexte de grande préoccupationface aux agissements de certaines < sectes >.Émotion par la suite renforcée par des àtragédies elles que celles de I'Ordre du Tem_ Eple Solaire, savoir des suicides et homicides collectifs épetés n 1gg4, 99s er 1992 tra-vers lusieurs ays. De aqon ssez aradoxale,Ia héorie u avage e cerveau ectaire, ésor_mais plus ouvent ppelé manipulation en_taleo, ut bien reque n Europe ainsi qu,enRussie t en Chine) t y inspira méme es ois,notamment n France. lors u'aux États-Unis,la maiorité des sociologues pécialistes es20 clés our comprendre Hors-série 22groupes eligieux, t sans doute ussi es avo_cats de mouvements ien organisés omme aScientologie, nspirèrent ne vigoureuse éac_tion critique ace à a théorie Singer; usqu'àconduire a communauté cadémique uis estribunaux à son quasi-abandon.Un psychiatre ranqais, ean-Marie bgrall,chercha éanmoins renforcer ette héorie n89  tr Les méthodes ectaires lui donnant un fondement plus étroitement psy-chanalytique. À ses yeux, 'endoctrinement parles o sectes n résulterait en effet d'une sorte detransfert vers a figure du < gourou o du besoinde dépendance non réglé dans I'enfance, etpar là d'une régression au stade nfantile desfideles. On lui objecta que, pour un freudienorthodoxe, cet argument ne permettait pas dedistinguer es < sectes des eligions en général,de tels phénomènes psychiques étant - selonFreud - à I'euvre pour toutes les formes dereligion. Mais dans a mème ogique, oucieusede sauver a théorie Singer en appelant à I'aidela psychanalyse, on dit aujourd'hui en Franceque la <manipulation> sectaire est I'euvred'un pervers narcissique visant à exercer une< emprise )) sur autrui. La rhétorique de < 'em-prise mentaleu remplace ainsi, ces derniersternps, celle de la < manipulation mentale > etdu lavage de cerveau. LA ( GUERRE ES SECTES La héorie Singer nspire ainsi argement erapport parlementaire rangais e 2006 surla question. lle st également a matrice esactivités e a Mission nterministérielle elutte contre es ectes Mils, 998-2002); lorsque son successeur,la ission nterministé-rielle de vigilance t de utte contre es dérivessectaires Miviludes, depuis 2002), adopteune attitude plus nuancée, e récusant asà I'occasion e dialogue vec es experts uine partagent as es dées du rapport 20OGen matière e < manipulation entale . MaisI'image opulaire de a méchante ecte uiasservit ses adeptes ar lavage e leur cer-veau ésiste ans es médias, es omans,lesséries élévisées t mème e discours olitique,nonobstant oute critique cadémique.Ce décalage ntre es États-Unis t 'Europe,surtout a France, a en quelque orte elancé a<guerre es ectesn nitiée en Amerique. à or)les associations antisectes ) et es ociologuess'étaient ouvent ffrontés ans es ribunaux (f0 autour de la théorie du lavage de cerveau,lespremières accusant es seconds sceptiquesà son égard - d'ètre out simplement à la soldedes sectes... n conflit qui se ranirne donc deloin en loin;et ce malgré e dialogue engagé,des deux cÓtés de lAtlantique, entre certainsdéfenseurs des <victirnes des sectes> et cer-tains social scientisfs. Les premiers recon-naissant cette fois la faillite scientifique de latheorie Singer, quand les seconds admettenten retour qu'une hyper-critique contre celle-ci- parfois exagerée ans un souci de défense dela iberté religieuse les avait parfois conduitsà sous-estimer a nocivité de certaines ormesd'endoctri nement sectai e. UN MYTHE ISSU DE A GUERREFROIDEToujours st-il u'auiourd'hui, a plupart es universitaires onsidèrent e avage e cerveau- technique magique ) supposée apablede ransformer a personnalité comme unmythe ssu de a guerre roide et de a ( guerredes sectes>. Mais ils reconnaissent ussiI'existence ndeniable e mouvements reli-gieux D rompant eux qu'ils eulent ecruterquant à a nature t aux objectifs éels e eurdémarche, t exerqant ur eurs adhérents espressions sychologiques xcessives. ien ùr,tout e problème st de distinguer e els abusde 'effervescence t de a radicalité 'euvrechez beaucoup e eligions ignes e ce nom.Dans ous es cas, l convient onc de restervigilants n a matière. Professeur e sociologie es religions I'Université ontificale alésienne UPS,Turin)et coordinateur e l'Observatoire e laliberté eligieuse réé par e ministère esAffaires trangères talien, MASSIMOINTROVIGNE, été en 2011, eprésentantde I'OSCE Organisation our a sécurité tla coopération n Europe) our a luttecontre e racisme, a xénophobie,I'intolérance t les discríminations ontre eschrétiens t es membres 'autres eligions. * 20 cles pour comprendre Hors-série 22
Related Documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks