School Work

20 pages
6 views

La concurrence des suffixes -(I)yor et -mEktE en turc

of 20
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
La concurrence des suffixes -(I)yor et -mEktE en turc
Transcript
  e but de ce travail 1 est d’étudier les conditions de la concurrenceentre les deux suffixes aspectuels - (I)yor  et - mEktE 2 en turc contempo-rain, qui apparaissent dans des exemples tels que les suivants, tirés deGöksel & Kerslake (2005 : 332-334) : (1) Yemek yi-yor-uz. manger  -yor  - SP 1 e PL Nous mangeons(2)  Bugünaile yapı-s-ı hızladegi≥-mekte-dir  aujourd’huifamillestructure- CL - SPS vitechanger- mekte - ASS De nos jours, la structure familiale est en train de changer à une grandevitesse Après une rapide présentation des analyses du phénomène selonJohanson (1994) et selon Göksel & Kerslake (2005), nous nous efforce-rons, à partir d’un corpus représentatif, de montrer dans quelles condi-tions ces suffixes sont substituables l’un à l’autre et nous discuterons lathèse défendue par Bazin (1994) selon laquelle - mEktE est un progressif de non-constatation. Enfin nous esquisserons une étude quantitative duphénomène qui met en évidence certaines propriétés intéressantes.MehmetÇIÇEK321 Mehmet Ç IÇEK est maître de conférences à l’université Gaziantep (Turquie)courriel : mcicek@gantep.edu.tr  1 Ce travail a été présenté au cours d’une séance du séminaire de l ’ ERSSAB(UMR5610 du CNRS) le 30.05.2005 à Bordeaux. Je remercie les membres de l’auditoirepour leurs remarques et pour les échanges qui ont eu lieu. Je remercie particulièrementChristian Bassac pour son aide, ainsi que Claude Muller et Nurettin Demir. Je suis seulresponsable des erreurs ou des lacunes éventuelles. L LA CONCURRENCE DES SUFFIXES  –(I)YOR ET  –MEKTE EN TURC Turcica , 39, 2007, p. 321-340  1. LES ANALYSES DE JOHANSON (1994) ETGÖKSEL & KERSLAKE (2005) 1.1.  L’analyse de Johanson (1994) Outre les travaux des grammairiens turcs classiques tels que Banguo g- lu (2000) ou Korkmaz (2003), on peut citer au moins deux analyses duphénomène qui semblent particulièrement éclairantes, celle de Johanson(1994) et celle de Göksel & Kerslake (2005). Le premier (Johanson,1994 : 254) analyse les suffixes aspectuels du turc (-EcEk, -Iyor, -mEktE, -Ir, -mI≥ , et -  DI  ) selon un ensemble de traits primitifs binaires,±prospectif, ±concentration 3 , ±intraterminal, ±posterminal selon la hié-rarchie suivante :322 MEHMET ÇIÇEK 2 Les voyelles en capitales sont sous-spécifiées, on a l’allomorphie : -(  I  )  yor   { -ıyor,iyor, uyor, üyor  } et - mEktE  {  –mekte, -makta } . 3 C’est notre traduction, suggérée par C. Muller, de l’allemand ±Prägnant  . -PROSPECTIF-INTRATERMINAL-INTRATERMINAL-PROSPECTIF ecek  -CONCENTRATION ivor, mekte -CONCENTRATION ir  -POSTERMINAL miS -POSTERMINAL di Comme le montre le schéma ci-dessus, les deux suffixes - mEktE et -  Iyor  sont proches au point de ne pas pouvoir être opposés par les traitsbinaires : ils sont tous les deux définis par les traits +concentration,+intraterminal et -prospectif. Ils s’opposent seulement, dit Johanson, par le fait que - mEktE indique une plus grande “ concentration ” par rapportà -  Iyor  , c’est-à-dire une plus grande densité de l’événement, mais cetteopposition n’est jamais une opposition de focalisation, et - mEktE tendseulement moins vers le futur que -  Iyor  .1.2.  L’analyse de Göksel et Kerslake (2005) Dans l’analyse de Göksel et Kerslake (2005 : 332-334) également laproximité des deux suffixes est notée et ces deux auteurs les opposentelles aussi par un degré « d’intensité » (ce qui correspond à peu de  choses près à la « concentration » selon Johanson), -mEktE étant le plusà même de marquer une plus grande intensité de l’événement. Ces deuxauteurs ajoutent qu’il existe une différence stylistique entre ces deux suf-fixes, -Iyor  étant moins formel que - mEktE, ce qui est une remarque quenous préciserons ultérieurement.Nous étudions maintenant le détail de la phénoménologie, en précisantet complétant les remarques générales contenues dans les travaux quenous venons de citer. 2. PHÉNOMÉNOLOGIE Nous précisons maintenant les conditions dans lesquelles ces suffixesapparaissent et les contraintes qui s’exercent sur leur emploi mais danstout ce qui suit, rien ne concernera la morphologie diachronique du turc,notre étude se veut seulement une étude synchronique.2.1. -(I)yor  –(I)yor  est un suffixe imperfectif : il identifie un événement dans sondéveloppement constaté par le locuteur. A la suite de Bazin (1994 : 102),nous l’appellerons donc le « suffixe progressif ». Le progressif - (I)yor  peut donc exprimer :i) Un présent actuel (un événement spécifique) : (3) Ya g mur ya g -ıyor  Pluie pleuvoir- SPR Il pleut (en ce moment même)(4) Siz -egençlikyıl-lar-ı-n-ı anlat-mak  vous- DAT  jeunesse année- PL - SPS - N - ACC raconter- SF ist-iyor-ø vouloir- SPR - SP 3 e SG Il veut vous raconter ses années de jeunesse. ii) Un passé constaté (5)(…) çınar yaprak-lar-ı-nın üzeri-n-de saat-ler-ce (…) platane feuille- PL - SPS - GEN -sur- N - LOC - heure- PL - SDA  yürü-dü-m. Sis var.Gör-dü g -ümmanzara marcher- PS - SP 1 e SG Brouillard il y aVoir- PRT - SPS paysage LA CONCURRENCE DES SUFFIXES  –(I)YOR ET  –MEKTE EN TURC 323  rüya-y-abenz-iyor.E g il-ipe g il-ip rêve- CL - DAT ressemble- SPR Se courber- SA se courber- SA  yapraktopl-uyor-um  4 . feuillecueillir- SPRSP 1 e SG (…) pendant des heures j’ai marché sur les feuilles de platane. Il y a dubrouillard. Le paysage que je vois (j’ai vu) ressemble à un rêve. En mecourbant je cueille des fleurs. iii) Un futur proche (6)  Bir haftasonraevlen-iyor-lar.Um-ar-ım Une semaineaprèsse marier- SPR - SP 3 e SG espérer- AOR - SP 1 e SG mutlu ol-ur-lar  heureuxêtre- AOR - SP 3 e SG  Ils se marient dans une semaine, j’espère qu’ils seront heureux. (7)  MilliPiyangoyarınçek-il-iyor  nationalloteriedemaintirer- PSF - SPR  La loterie nationale est tirée au sort demain. iv) Un fréquentatif  (8)  Pazarhariçhersabaherkendenkalk-ıyor  Dimanchesauftoutmatinde bonne heurese réveiller- SPR veyürüyü≥yap-ıyor. etmarchefaire- SPR Tous les jours, sauf le dimanche, il se réveille de bonne heure et fait de lamarche Comme on peut l’observer, le progressif - (I)yor  couvre un large éven-tail temporel qui peut aller du passé constaté jusqu’au futur proche, il adonc une lecture ouverte.2.2. -mEktE Tout comme le progressif - (I)yor  , le suffixe - mEktE est un suffixeimperfectif au sens où l’événement dénoté par le verbe auquel il estaffixé est toujours en cours. Ainsi le traite-t-on souvent en concurrenceavec le progressif - (I)yor  (Banguo g lu 2000 : 451-452), d’où le problèmequi est présenté ici : quelles sont les conditions de la concurrence entre324 MEHMET ÇIÇEK 4 L’exemple est tiré de Z. K ORKMAZ (2003 : 615).  ces deux suffixes ? Du point de vue morphologique, on peut observer que le suffixe - mEktE est constitué de - mEk  , suffixe de l’infinitif, et de -  DE , suffixe de locatif, d’où peut-être, le caractère situatif de ce suffixe : (9) Oku-mak-ta-sınız lire- SF - LOC - SP 2 e SP Vous êtes en train de lire (vous lisez) Nous conviendrons de nommer ce suffixe, « suffixe duratif » tout enremarquant qu’il est plutôt réservé à la langue écrite, ce qui est conformeà l’analyse de Göksel et Kerslake (2005 : 332-334).2.2.1 . Incomptabilité du suffixe -mEktE avec l’expression du futur  Contrairement au suffixe - (I)yor, qui signale non seulement le présentprogressif mais aussi, à l’aide d’un adverbe de temps comme  yarın (demain), un futur proche (10), (10) Yarın dön-üyor-um demainrentrer- SPR - SP 1 e SG Je rentre demain le suffixe - mEktE indique seulement une action récemment commencéeet qui continue encore au moment de l’énonciation, d’où l’impossibilitéde (11) : (11)*  Birazsonrabak-makta-y-ım. Un peuaprèsregarder- PD - CL - SP 1 e SG *Je suis en train de regarder dans un instant. Lorsqu’on dit bak-makta-y-ım (je suis en train de regarder ; je suisdans la situation de regarder), il est impossible d’utiliser un adverbial detemps comme biraz sonra (dans un instant, d’ici peu) ou  yarın (demain),etc.2.2.2 . Succession des suffixes en -(I)yor, -mEktE En contexte, la succession de phrases contenant des verbes auxquelsest affixé - mEktE du type { P1 + P2 + P3… } ne sont pas aussi accep-tables que celles contenant des verbes auxquels est affixé - (I)yor  ( cf  . 12 vs 13) : (12) ?? Rüya-m-da büyük bir orman-da-y-ım.Yava≥ yava≥ gezin Rêve- SPS - LOC grand un forêt- LOC - CL - SP 1 e SG Lentement se promener  LA CONCURRENCE DES SUFFIXES  –(I)YOR ET  –MEKTE EN TURC 325
Related Documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x