Journals

3 pages
29 views

FABRE Gérard et PIERRE Laëtitia, « L’Académie de peinture et de sculpture de Marseille : les statuts et règlements », Les papiers d’ACA-RES, Actes des journées d’étude, 8-9 décembre 2016, Paris Centre allemand d’histoire de l’

of 3
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
FABRE Gérard et PIERRE Laëtitia, « L’Académie de peinture et de sculpture de Marseille : les statuts et règlements », Les papiers d’ACA-RES, Actes des journées d’étude, 8-9 décembre 2016, Paris Centre allemand d’histoire de l’art
Transcript
  Référence électronique FABRE Gérard et PIERRE Laëtitia, « L’Académie de peinture et de sculpture de Marseil le : les statuts et règlements »,  Les papiers d’ACA -RES, Actes des journées d’étude, 8 -9 décembre 2016, Paris Centre allemand d’histoire de l’art  , mis en ligne en octobre 2017. 1 Gérard FABRE Musée des beaux-arts de Marseille Laëtitia PIERRE Centre allemand d’histoire de l’art, Paris   L’Académie de peinture et de sculpture de Marseil le : les statuts et règlements L’obtention de lettres patentes représentait un graal pour l’ institution marseillaise, qui n’avait pas toute la visibilité souhaitée par les fondateurs au sein de la ville 1 . Les sources d’archives sont riches mais lacunaire, et on doit aux travaux d’ É tienne Parrocel d’avoir retracé l’histoire des institutions artist iques en Provence. Il a publié entre 1862 et 1889 les études historiques les plus complètes à ce jour sur l’Académie de peinture et de dessin de Marseille 2 . Les lettres patentes de l’institution marseillaise sont officiellement enregistrées par le Parlemen t de Paris, le 18 février 1780, par celui d’Aix -en-Provence, le 17 mars 1780, puis auprès de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris , le 10 juin 1780. Les srcinaux sont actuellement conservés dans les archives de l’Académie des Sciences, Le ttres et Arts de Marseille. Un exemplaire est également conservé dans les archives de l’A cadémie de peinture, sculpture et architecture civile et navale de Marseille 3 . Parrocel témoigne des déboires essuyés par l’Académie de dessin de Marseille au cours de s années 1760 à 1780. Cheville ouvrière du projet des lettres patentes, Dandré-Bardon se fait le relai inlassable des négociations conduites entre Paris et Marseille. Parrocel lui accorde une place particulière en tant que directeur perpétuel de l’école a cadémique de Marseille. Il lui octroie tout d’abord la paternité du projet de création de l’école. Ses premiers  Fragments consacrés à l’histoire de l’académie  font remonter ses démarches à l’année 1750. Il mentionne un de ses discours intitulé Sur l’avantage de l’union des arts et des lettres , lu le jour de sa réception à l’Académie des Belles-Lettres de Marseille. C’est à cette occasion qu’il aurait exposé son projet devan t les membres de la compagnie : « Dans le beau discours qu’il [Dandré -Bardon] prononça lors de sa réc eption à l’Académie des Belles-Lettres de Marseille, Sur l’Utilité des arts et des Lettres , il avait laissé percer la 1   Sur les fondateurs et leurs démarches pour obtenir approbation et protection des institutions parisiennes, voir également notre papier publié dans la partie « Séance de travail 1 : Les hommes et leurs réseaux » dans la rubrique Les ressources de la page Hypoth èses d’ACA -RES. 2  E. Parrocel,  Annales de la peinture, Paris, Ch. Albessard et Bérard, éditeurs, 1862 ; Fragments faisant suite aux annales de la peinture, Marseille, Joseph Clappier, 1865, 2 e  fragment : « Ancienne académie de peinture et de sculpture de Marseille », p. 52-146 ; Discours et fragments, Marseille, chez l’auteur, 1867  ;  L’art dans le midi, Marseille, E. Chatagnier aîné, 1881, 4 vol. ;  Histoire documentaire de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, Paris, Imprimerie nationale, 1889, 2 vol., t. 1, p. 121, note 1 ; Les Beaux-arts en Provence, Paris, E. Plon, Nourrit et C ie , 1889. L’Académ ie des Belles-Lettres de Marseille a réalisé en 2015 une exposition dans laquelle elle présente son histoire et ses collections : « Entrez à l’Académie de Marseille…  », [11 juillet  –    17 octobre 2015, Bibliothèque de l’Alcazar, Marseille]. Voir également R. Bertrand, « De la fondation à la Révolution française »,  Revue Marseille , n°248, juillet 2015, p. 17-19. 3   Les lettres patentes de l’institution marseillaise sont officiellement enregistrées par le Parlement de Paris, le 18 février 1780, par celui d’Aix -en- Provence le 17 mars 1780 puis auprès de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris le 10 juin 1780, voir :  P.V., t. 9, 1780, p. 25. Les srcinaux sont actuellement conservés dans les archives de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille. Un exemplaire est également conservé dans les archives de l’Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale de Marseille, voir :  A.A.A.M., t. 1, fol. 88. Parrocel retrace les déboires successifs essuyés par Dandré-Bardon et l’Académie de dessin de Marseille qui précèdent leur obtention au cours des années 1760  à 1780, voir E. Parrocel,  Histoire documentaire de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, Paris, Imprimerie nationale, 1889, t. I, p. 70-73.  Référence électronique FABRE Gérard et PIERRE Laëtitia, « L’Académie de peinture et de sculpture de Marseil le : les statuts et règlements »,  Les papiers d’ACA -RES, Actes des journées d’étude, 8 -9 décembre 2016, Paris Centre allemand d’histoire de l’art  , mis en ligne en octobre 2017. 2 pensée qui le préoccupait. Il ne tarda pas à la mettre en exécution, et sa noble initiative entraîna peu après la création des écoles de Lyon et de Bordeaux » 4 . Parrocel indique aussi que c’est dans l’atelier du peintre marseillais Jean -Michel Verdiguier (Marseille, 1706-Cordoue, 27 sept. 1796) que s’est formée la première société académique fédérée autour du projet de Dandré- Bardon. Son projet d’école toulonaise s’inscrit dans un mouvement d’idées et d’intentions partagées par une communauté d’artistes  provençaux d’ores et déjà existante. En 1752, les peintres Dandré -Bardon, Jean-Joseph Kapeller, Moulinneuf et Verdiguier auraient soumis leur intention au duc de Villars,  protecteur de l’Académie des Bel les-L ettres. Parrocel ne cessa d’ailleurs d’invoquer l’existence de documents lui permettant d’étayer la formation d’un consortium   d’artistes au sein duquel le projet de Dandré- Bardon aurait pris forme mais, en 1889, l’historiographe conclut ses travaux sur l’Académie de Peinture et de Sculpture de Marseille en prenant acte de la disparition totale des documents d’archives relatifs à la création et au fonctionnement de l’académie entre 1752 et 1760. Il s’abstient dès lors de mentionner le discours de Dandré -Bardon prononcé en 1750. Prenant le contre-  pied de ce qu’il avait affirmé dans ses trois précédents ouvrages, il accuse désormais le biographe de Dandré-Bardon, Audibert, de lui avoir attribué à tort la paternité de la créati on de l’académie . Ce démenti s'appuie en grande partie sur des procès-verbaux de 1752  –    a priori   disparus  –    qui notifient la création de l’École académique de dessin de Marseille sans citer le nom d e Dandré- Bardon. L’imprimé Sibié de 1754 nuance beaucoup cette assertion puisque Dandré -Bardon y est déjà mentionné en tant que directeur perpétuel. Si la disparition effective des documents qui auraien t pu étayer la conviction qu’avait longtemps défendue Parrocel ne  permet pas de rétablir les faits, son changement radical d’avis de 1889 semble en appeler à un positionnement politique. C'est ce qu'expose son dernier ouvrage intitulé Les Beaux-arts en Provence  publié également en 1889, dans lequel il revient sur le détail des circonstances de la disparition de l’Académie de peinture durant la période révolutionnaire. Il rejette alors toute forme de subordination ins titutionnelle de l’Académie de peinture et de s culpture de Marseille vis-à-vis de son aînée. Le ton de Parrocel est plus intransigeant que celui des historiographes de l’Acadé mie des Belles-Lettres, Jean- Baptiste Lautard (1826) et l’abbé Dassy, qui avait publié en 1877 une  Histoire documentaire de l’Académie de Marseille 5 . Ce dernier affirme également l’autonomie de la création de l’Académie de peinture et de sculpture et l’absence de tutelle de la  part de l’Académie des Belles -Lettres au cours du XVIII e  siècle. Dassy précise notamment que la personnalité de Dandré-Bardon, associée étroitement aux deux académies, a pu servir a contrario   le préjugé qui voulait que la création de l’Académie de peinture dépendît de la vo lonté de l’Académie des Belles -Lettres. Ces causes semblent être à l’srcine du désaveu de Parrocel. Mais s’il dénie finalement à Dandré- Bardon la création de l’Académie de Peinture et de Sculpture, il témoigne en revanche son admiration pour le dévouement institutionnel, administratif et pédagogique dont l’artiste et le corps professoral de l’académie firent preuve durant plus de vingt ans. Parrocel leur reconnaît le mérite de l’obtention de ses lettres patentes en 1780 , ainsi que celui de la formation d’une élite d’artistes, d’enseignants et d’artisans provençaux, dont la tradition se perpétua durant la première moitié du XIX e  siècle. Ce programme pédagogique permit notamment de maintenir, après la dissolution d e l’Académie de peinture et de s culpture en 1793, une école académique de dessin dont le dynamisme économique et social soutint, 4   Ibid. , Parrocel,  Fragments (…) , 1865, p. 54. 5   Ibid. , Lautard, 1826 ; Dassy, 1877.    Référence électronique FABRE Gérard et PIERRE Laëtitia, « L’Académie de peinture et de sculpture de Marseil le : les statuts et règlements »,  Les papiers d’ACA -RES, Actes des journées d’étude, 8 -9 décembre 2016, Paris Centre allemand d’histoire de l’art  , mis en ligne en octobre 2017. 3 comme l’affirme Parrocel, le projet de refon da tion d’une Académie des Belles -Lettres, sciences et arts à Marseille en 1808. Les correspondances de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille sont à la fois riches et partielles. Une fois couplées à celles conservées dans la Série 01 de la Maison du roi aux Archives nationales, elles permettent de reconstituer la trame historique de l’obtention des lettres patentes qui permirent à l’institution marseillaise d’établir de manière pérenne son titre de « Sœur cadette de l’Académie royale  ». Contra irement à l’Académie royale de peinture de Toulouse qui s’est déclarée indépendante de tout compte à rendre à Paris, l’A cadémie de Marseille se garantit d’une légitimité institutionnelle et pédagogique privilégiée qu’elle n’a  jamais cessée de revendiquer à travers les différentes manifestations coordonnées sous la conduite du directeur perpétuel et de ses secrétaires.
Related Documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x