Automobiles

26 pages
191 views

La guerre de Sept ans et ses conséquences atlantiques : Kourou ou l'apparition d'un nouveau système colonial

Please download to get full document.

View again

of 26
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
La signature du traité de Paris qui clôt en 1763 la guerre de Sept ans ruine défi nitivement le rêve d'une Amérique française. Souvent, à l'instar de Voltaire, on a considéré que la perte du Canada et de la Louisiane était négligeable,
Transcript
    La guerre de Sept ans et ses conséquences atlantiques : Kourou ou l’apparition d’un nouveau système colonial Marion F. Godfroy–Tayart de Borms Abstract La signature du traité de Paris qui clôt en 󰀱󰀷󰀶󰀳   la guerre de Sept ans ruine dé   󿬁  nitivement le rêve d’une Amérique française. Souvent, à l’instar de Voltaire, on a considéré que la perte du Canada et de la Louisiane était négligeable, puisque l’on conservait les précieuses îles à sucre. Cette opinion est contredite par un exemple magistral, l’expédition de Kourou de 󰀱󰀷󰀶󰀳  . Cette expédition marque le désir de Choiseul, secrétaire d’Etat à la Marine, de faire de la Guyane un brillant contrepoint de la domination britannique au nord, et ainsi d’établir ce qu’il nomme « un système d’Europe ». Cette volonté, et les agents qu’il emploie pour la concrétiser, marque ce que représentait, voire ce que pouvait apporter, un premier empire colonial français dont on venait, tardivement, de prendre conscience.The signing of the Treaty of Paris in 󰀱󰀷󰀶󰀳   put an end to the dream of a French America. The historiography of the  period has often characterized the loss of Canada and the cession of Louisiana as negligible in the eyes of both the  French population and the French government. The example of the 󰀱󰀷󰀶󰀳   Kourou expedition contradicts this view and demonstrates that the Duke of Choiseul intended to establish what he called “a system of Europe” in French Guyana. Choiseul’s ambition was to make Guyana the counterpoint of British domination in North America. His intention and the means used to achieve it indicate what this  󿬁  rst French colonial empire represented and its  potential bene   󿬁  ts, which were only belatedly acknowledged. Trente-sept convois, soixante-trois navires emportent—du mois de mai 1763  à celui d’avril 1765 —plus de dix mille hommes, femmes et enfants, embarqués de Rochefort, Le Havre, Marseille et Bordeaux  vers la Guyane française. Le premier convoi arrive à Cayenne en juillet 1763  ; le dernier touche terre en juin 1765 . Une vague de départs élo-quente pour une France qui sort à peine de la guerre de Sept ans, et qui connaît, dans le désordre de ses ports, dans le retour dépité de marins, dans l’errance de quelques Acadiens ou Canadiens, le désar-roi des populations locales submergées par ces vagues de visiteurs. Ces départs en nombre signalent l’ampleur d’une tâche, d’un désir, que le Marion F. Godfroy–Tayart de Borms est historienne, doctorante à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris sous la direction de André Zysberg, professeur à l’université de Caen. Ses aires de recherches sont le XVIIIe siècle français, la Guyane, et le premier empire colonial. Elle a publié récemment une édition critique du  Journal   de Pierre-Etienne Bourgeois de Boynes, document demeuré hors de portée des historiens, aux éditions Honoré Champion. Cet article est le fruit de ses recherches sur l’histoire de l’Atlantique française, recherches en partie présentées à l’université Harvard, au séminaire de Bernard Baylin en 2007 . L’auteur tient à remercier André Zysberg et Henriette Asséo de l’EHESS pour leur aide précieuse dans sa rédaction, sans omette Richard Weyhing.  French Historical Studies  , Vol. 32 , No. 2  (Spring 2009 ) DOI 10 . 1215  /  00161071 - 2008 - 016 Copyright 2009  by Society for French Historical Studies     t th a French A sion of Louisiana a example of the 󰀱󰀷󰀶󰀳   K ex intended to establish c a to make Guyana the c it do achieve it w l e.   t of Tseng 2008.12.31 11:36 8340 French Historical Studies • 32:2 • Sheet 3 of 181 PQ: Word "Abstract" sets italic, OK?  168  FRENCH HISTORICAL STUDIES gouvernement vient de 󿬁 xer. Car, depuis la signature du traité de Paris le 10  février 1763 , Etienne-François de Stainville, duc de Choiseul, secrétaire d’Etat à la Marine, a décidé de créer en Guyane française une colonie puissante, capable de rivaliser—tant par le nombre de ses colons que par ses capacités économiques et militaires—avec l’écrasant empire britannique en Amérique du Nord. Le 18  février 1763 , Choiseul nomme Etienne-François Turgot, chevalier de Malte, nouveau gouverneur de Guyane. A charge pour le frère aîné de l’intendant du Limousin de développer une colonie jusqu’à alors médiocre, en brillant contrepoint économique de l’imposante domination britannique. Choiseul crée également une intendance en Guyane qui échoie à Jean-Baptiste Thibault de Chanvalon, académi-cien et créole de Martinique. En 󿬁 n, un colon de Guyane, connu de longue date du Bureau des colonies, Brulletout de Préfontaine, clôt cette étrange alliance par les connaissances du pays qu’il apporte. Ces nominations rompent avec des dynasties de gouverneurs et de personnel colonial bien établis. Deux aspects—inédits —marquent l’entreprise : d’une part la colonie ne peut recourir à l’esclavage « qu’en cas d’extrême nécessité », et d’autre part le territoire est divisé en deux entités ; « l’ancienne colonie » de Cayenne, circonscrite en ses murs et appelée à disparaître, car peu à peu rognée par « la nouvelle colonie » à la législation nouvelle 󰀱 . Kourou, mission jésuite située sur les bords du 󿬂 euve du même nom, est le point de départ de l’entreprise. Le nombre de colons embarqués, la rapidité de l’exécution, et le choix des hommes pour diriger la colonie montrent qu’en 1763  tout n’est peut-être pas perdu pour la France 󰀲 . Le front colonial, qui avait été si négligé, prend, avec l’arrivée de Choiseul au gouvernement en 1760 , une importance que re 󿬂 ète la décision de lancer l’expédition de Kourou de 1763 . Le petit homme roux recrute botanistes, médecins, cultivateurs, les hommes qu’il juge comme « les plus vertueux et intel-ligents » 󰀳 . Choiseul souhaite établir un système d’Europe  4 . Le ministre envoie des émissaires dans les petites principautés outre-rhin recruter quinze mille hommes, femmes et enfants, srcinaire d’Alsace et de 󰀱  Tels qu’ils sont désignés. Bibliothèque Nationale de France (BNF), mss. fr., 62󰀴5 . 󰀲  Les Anglais obtiennent le Canada, la vallée de l’Ohio, la rive gauche du bassin du Mis-sissippi et l’île Royale. Les îles antillaises de la Dominique, de Grenade, de Saint-Vincent et de Tobago, et les comptoirs français du Sénégal (à l’exception de Gorée, relais d’un tra 󿬁 c d’esclaves), sont également sous leur domination. La France renonce en Inde à toute prétention territoriale. Cinq comptoirs—Chandernagor, Karikal, Mahé, Pondichéry et Yanaon—sont conservés mais ne peuvent pas, en outre, être forti 󿬁 és. Le ministre réussit à conserver un droit de pêche à Terre Neuve, le petit archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon et les Antilles, dont le tra 󿬁 c représente 20  pour cent du commerce extérieur. Le traité de Paris est signé le 10  février 1763 . 󰀳  Voltaire, Correspondance  , ed. Théodore Besterman, tome 53  (Genève, 1963 ), 132 – 33 . 4  Etienne-François, duc de Choiseul, « Mémoire de 1765  », dans Pierre-Etienne Bourgeois de Boynes,  Journal inédit  , éd. Marion F. Godfroy (Paris, 2008 ), 󰀴󰀴7 – 77 .     e t peut rec autre part colonie » de Cae c tre, car e u  󰀱 . r , Tseng 2008.12.31 11:36 8340 French Historical Studies • 32:2 • Sheet 4 of 181  GUERRE DE SEPT ANS 169 Rhénanie-Palatinat, qui en quelques mois traversent la France et atten-dent leur destination 󿬁 nale à Saint-Jean-d’Angely. A ce jour, l’expédition de Kourou n’a pas fait l’objet d’études uni- versitaires 󰀵 . En outre, les rares travaux établis reposent sur la lecture presque unique de la série C 1󰀴󰀶 , série qui permet principalement de retracer la chronologie de l’expédition. Or, la réaction française et la  valeur de l’entreprise doivent être mises en perspective avec l’ensemble des documents produits dans cette conjoncture. L’étude du projet de Kourou permet de croiser l’ensemble des ré 󿬂 exions développées à partir de la chute de Louisbourg en 1759  et qui aboutissent au choix de la Guyane. Le Bureau des colonies amasse une documentation de tout ordre, des documents qui o ff  rent une nouvelle interrogation du con 󿬂 it. Ainsi, les mémoires de négociants, mémoires de militaires, les propositions des philosophes des Lumières, les travaux des membres de l’Académie des sciences embrassent le simple déplacement de popula-tion (du Nord vers le Sud), les systèmes de défense des îles, les lacunes de la compagnie des Indes ou les conditions concrètes d’installation des colons 󰀷 . Ces rapports, qui répondent pour certains à la sollicita-tion du Bureau des colonies, constituent un ensemble critique inédit, hétéroclite qui permet de mesurer la place réelle de l’expédition et 󰀵  Deux publications, non universitaires, sont à signaler : Michel Jacques, La Guyane sous l’Ancien Régime : Le désastre de Kourou et ses scandaleuses suites judiciaires   (Paris, 1989 ) ; et Pierre Thi-baudault,  Echec de la démesure en Guyane : Autour de l’expédition de Kourou, une tentative européenne de réforme des conceptions coloniales sous Choiseul   (Saint-Maixent-l’Ecole, 1995 ). Ces ouvrages rapportent principalement une chronologie des faits. La source de l’expédition est archivée dans la série C 1󰀴 . Un inventaire détaillé a été publié : C. Bougard-Cordier et al., éds., Inventaire des archives colonies, sous-série C  󰀱󰀴   : Correspondance à l’arrivée en provenance de la Guyane française   (Paris, 197󰀴 ). L’ouvrage d’Etienne Daubigny, Choiseul et la France d’outre-mer après le traité de Paris : Etude sur la politique coloniale au XVIIIe siècle   (Paris, 1882 ), donne une lecture de la chronologie des événements. D’autres articles se portent sur un ou plusieurs aspects de l’expédition : Carol Blum, « Les frères Turgot et l’a ff  aire de Guyane » (Colloque Turgot, Université de Caen, May 2003 ) ; Fritz Braun et al., « Auswander-ung aus Deidesheim/Weinstrasse, Forst und Niederkirchen nach Südosteuropa und Cajenne im 18 . Jahrhundert », Pfälzische Familien- und Wappenkunde   ( 1971 – 72 ) : 󰀰󰀰󰀰 – 󰀰󰀰󰀰  ; Jean Chaia, « Echec d’une tentative de colonisation de la Guyane au XVIIIe siècle », Biologie médicale    󰀴7  ( 1958 ) : 󰀰󰀰󰀰 – 󰀰󰀰󰀰  ; Andreas Imho ff  , « Ein Werbezettel für die Auswanderung nach französischer Guyana von 1763  », Heimat-Jahrbuch   ( 1996 ) : 󰀰󰀰󰀰 – 󰀰󰀰󰀰  ; David Lowenthal, « Colonial Experiments in French Guiana, 1760 – 1800  », Hispanic American Historical Review    32  ( 1952 ) : 󰀰󰀰󰀰 – 󰀰󰀰󰀰  ; Berthold Schnabel,  Die Auswanderung aus dem bischö   󿬂  ich-speyerischen Amt Deidesheim in die französische Kolonie Guayana (Cayenne) in den Jahren 󰀱󰀷󰀶󰀳   /  󰀶󰀴   (Deidesheim, 1992 ) ; Emma Rothschild, « A Horrible Tragedy in the French Atlantic », Past and Present  , n° 192  ( 2006 ) : 67 – 108  ; Jean Tarrade, « Alsaciens et Rhé-nans en Saintonge au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société des antiquaires de l’Ouest et des musées de Poitiers    8  ( 1966 ) : 󰀰󰀰󰀰 – 󰀰󰀰󰀰  ; Marion F. Godfroy, « Partir pour Kourou, politiques d’une migration inédite », dans Guyane-histoire-mémoire   (Matoury, 2006 ) : 󰀰󰀰󰀰 – 󰀰󰀰󰀰  ; Godfroy, « L’expédition de Kourou : Les conséquences politiques et coloniales d’une a ff  aire d’Etat », dans L’échec dans l’histoire   (Paris, 2008 ) : 󰀰󰀰󰀰 – 󰀰󰀰󰀰  ; Godfroy, « The Kourou Expedition ; or, The Ultimate Struggle of the Monarchy for a French America » (International History Seminar on the Atlantic World, Univer-sité Harvard, 6 – 20  août 2007 ). 󰀶  Archives nationales de France, Archives coloniales, C 1󰀴   25 – 󰀴󰀴 . 󰀷  BNF, nouvelles acquisitions françaises (nouv. acq.), 10󰀴1  ; BNF, nouv. acq., 9󰀴06 , corre-spondance du chevalier d’Eon ; BNF, nouv. acq., 5398 , mémoire du chevalier Turgot.    d  ve pour ce tuent un e mesurer la l é t on o es sc ue Saint-Maixent-l’Ecole, 99 ). Ces ouvrages rapportent Tseng 2008.12.31 11:36 8340 French Historical Studies • 32:2 • Sheet 5 of 181  170  FRENCH HISTORICAL STUDIES sa valeur stratégique 󰀸 . C’est cette confrontation qui permet de recon-struire d’une part le mode de fonctionnement du Bureau des colonies, les intentions réelles du gouvernement, et d’établir d’autre part les réseaux, les in 󿬂 uences et les stratégies qui décident le projet 󿬁 nal. Ce projet et l’esquisse d’une pensée coloniale tactique impliquent donc l’étude des desseins des di ff  érentes autorités et leur part d’action. En outre, la politique coloniale qui s’esquisse est étroitement liée à un con-texte d’anglophobie, où crainte et esprit revanche se mêlent 󰀹 . En 󿬁 n, à travers l’expédition de Kourou, le gouvernement poursuit le rêve ultime d’un Atlantique français 󰀱󰀰 . Le combat qui se joue est alors tant politique et militaire qu’intellectuel et pratique. Dans un premier temps, je montrerai comment le désordre de 󿬁 n de guerre a suscité une action puissante, précise mais hétérogène.  J’établirai en conséquence, dans un second temps, les prémices d’une  vision coloniale, qui est articulée dans un rapport de compétition avec l’Angleterre et qui aboutit au choix de la Guyane française. C’est en 󿬁 n un nouveau système colonial qui émerge, porté par les in 󿬂 uences physiocrates. Choiseul et l’Amérique française La guerre de Sept ansLa guerre de Sept ans s’ouvre par des changements ministériels « cala-miteux » 󰀱󰀱 . Le duc de Choiseul apparaît dans un contexte de débâcle 󰀸  Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle (BMHN), Fonds ancien, manuscrit 575 , « Recueil de mémoires se rapportant principalement aux Indes adressés au duc de Choiseul, 1759 – 1762  » ; BMHN, Fonds ancien, manuscrit 575 , mémoire projet Adanson 579 – 80 , « Voyage de la Cayenne partis de Paris le 5  mai 1762  ». 󰀹  Le diariste Charles Barbier ( 1689 – 1771 ) s’en fait l’écho : « [Les Anglais] sont [ ... ] en pos-session de tout le Canada, dont la perte est considérable pour nous, et ils s’empareront ainsi de toutes nos possessions dans l’Amérique, les unes après les autres, par cette supériorité de Marine et feront en 󿬁 n tout le commerce » ( Chronique de la régence et du règne de Louis XV [  󰀱󰀷󰀱󰀸  –  󰀱󰀷󰀶󰀳  ] ou  journal de Barbier  , 8  tomes [Paris, 1857 – 66 ], 7  : 198 ). 󰀱󰀰  L’expédition de Kourou s’inscrit dans une analyse de l’histoire atlantique, dont les axes ont été présentés par Bernard Baylin, Atlantic History: Concept and Contours   (Cambridge, MA, 2005 ). 󰀱󰀱  André Zysberg, La monarchie des Lumières, 󰀱󰀷󰀱󰀵  –  󰀱󰀷󰀸󰀶   (Paris, 2002 ), 19󰀴 . Le 1  février 1757 , Machault d’Arnouville, secrétaire d’Etat à la Marine et garde des sceaux, ainsi que le comte d’Argenson, secrétaire d’Etat à la guerre, est renvoyé. Peyrenc de Moras, contrôleur général des 󿬁 nances, remplace Machault à la Marine, avant de démissionner de ces deux postes en août 1757  puis mai 1758 . Lui succède brièvement le marquis de Massias, avant que Nicolas Berryer ne prenne ce poste, exerçant une gestion chaotique alors que la 󿬂 otte royale essuyait d’importants revers. A la Guerre, le marquis d’Argenson ne tarde pas à remettre sa démission en 1758 . Le département est alors con 󿬁 é au maréchal de Belle-Isle, qui le conserve jusqu’à sa mort en 1761 . C’est alors qu’apparaît le duc de Choiseul. Ambassadeur à Vienne en 1757 , il devient secrétaire d’Etat aux a ff  aires étrangères en 1758 , puis ministre d’Etat quelques jours plus tard. A la mort du maréchal de Belle-Isle, il devient secrétaire d’Etat à la Guerre et à la Marine, laissant les a ff  aires étrangères à son cousin. Or, La Guadeloupe, en 1759 , est tombé aux mains de l’ennemi sans qu’un   , e française  ans o Tseng 2008.12.31 11:36 8340 French Historical Studies • 32:2 • Sheet 6 of 181  GUERRE DE SEPT ANS 171 et de renouvellement 󰀱󰀲 . En 1761  les secrétariats d’Etat à la Marine et à la Guerre sont réunis formant un ministère puissant 󰀱󰀳 . La même année, un bureau est établi pour les a ff  aires coloniales 󰀱4 . L’arrivée de Choiseul au gouvernement, la création de ce Bureau des colonies, et le regroupement de deux ministères témoignent de l’importance nou- velle que revêt le front colonial de l’Amérique française 󰀱󰀵 . Au cours de la guerre de Sept ans, celui-ci a pourtant semblé secondaire. Peut-être les deux premières années du con 󿬂 it, avec les victoires de Montcalm 󰀱󰀶  (la bataille d’Oswego en 1756 , puis celle de fort William Henry en 1757 ), ont-elles laissé croire que la guerre se gagnerait toute seule en  Amérique, et que les regards devaient se porter sur le continent euro-péen. Or, le siège de Québec et la prise de la ville en 1759  mettent 󿬁 n aux illusions françaises 󰀱󰀷 . Le maréchal de Belle Isle, en 1759 , supposait ainsi que d’envoyer des renforts à Montcalm n’aurait comme e ff  et que d’inciter les Anglais à combattre plus vivement encore. Dans les îles d’Amérique, la situation est pire. Après avoir tenté un débarquement à la Martinique, en 1761 , les Anglais s’emparent de la Guadeloupe sans coup de feu. La trahison des Français est sidérante. Les colons obtien- coup de feu ne soit échangé suivi en juin 1761 , de Marie Galante et Dominique et en 󿬁 n de La Martinique en 1762 . 󰀱󰀲  Choiseul est né à Nancy le 28  juin 1719 , décédé le 8  mai 1785  à Paris. Fils du marquis de Stainville, il commence une carrière militaire poursuivie jusqu’en 17󰀴8 . Il participe aux cam-pagnes de Bohême en 17󰀴1  et d’Italie, et notamment la bataille de Coni, pendant la guerre de Succession d’Autriche. Il épouse en 1750  Louise-Honorine Crozat de Chatel ( 1735 – 1801 ), 󿬁 lle de Louis Crozat, marquis de Châtel, qui lui apporte une grande fortune. Il est ambassadeur auprès du Saint-Siège en 1753  (où il mène les négociations concernant les troubles provoqués par la bulle papale Unigenitus  ), ambassadeur auprès de l’empereur en 1759 . Il succède à Louis-Antoine Rouillé au secrétariat aux A  ff  aires étrangères. En 1760  il est nommé secrétaire d’Etat à la Guerre en 1760  et à la Marine en 1761 . Il devient alors duc de Choiseul et pair de France. Il échange ce ministère avec son cousin le duc de Praslin en février 1766 , reprenant les A  ff  aires étrangères. Sur le plan de la politique intérieure, il est l’ennemi des jésuites, l’ami des encyclopédistes. Il est disgracié le 2󰀴  décembre 1770 . Louis XVI met 󿬁 n à son exil et Choiseul reparaît à la Cour le 12  juin 177󰀴 . 󰀱󰀳  En 1758  le duc de Choiseul remplace au secrétariat d’Etat des A  ff  aires étrangères le car-dinal de Bernis, abandonné peu après pour celui de la Guerre. Les A  ff  aires étrangères reviennent alors à son cousin, le duc de Choiseul-Praslin. En 1761  il obtient le secrétariat d’Etat de la Marine. En 1766  un dernier échange a lieu, le duc de Choiseul « reprend » les A  ff  aires étrangères en cédant la Marine et Colonies à son parent. 󰀱4  Sept maîtres des requêtes et un procureur général « à l’e ff  et d’examiner et discuter toutes les matières contentieuses provenant desdites colonies et de nature à être portée au » Conseil. La vocation de ce bureau était double, d’un côté il est un bureau de législation et de l’autre un bureau de cassation et de communication des instances. L’almanach royal le fait 󿬁 gurer comme instance du Conseil des parties. 󰀱󰀵  Au dix-huitième siècle, l’Amérique française, dans le vocable des contemporains, est con-stituée tant par les possessions en Amérique continentale que les îles antillaises. Cette Amérique, qui constitue le premier empire colonial français, est caractérisée par son hétérogénéité et par la réserve qu’il suscite. En e ff  et, des espaces d’échelles et de politiques diverses le forment (les plaines canadiennes vastes et peu peuplées accueillent une société de nature européenne alors que Saint-Domingue développe un système esclavagiste). 󰀱󰀶  Le marquis de Montcalm est chargé de la défense des possessions de la France en Améri-que du Nord (bassins du Saint-Laurent et du Mississippi). 󰀱󰀷  Jonathan R. Dull, The French Navy and the Seven Years’ War   (Lincoln, NE, 2005 ), 173 – 75 .    1  c èr rante  vi en juin 1761 , d ri t t Do cy l , l a It, et n 5  al Tseng 2008.12.31 11:36 8340 French Historical Studies • 32:2 • Sheet 7 of 181
Related Documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x